Le droit d'auteur dans la société numérique : un dépoussiérage nécessaire »

Le national-populisme, ennemi de l'égalité démocratique

La plupart des idéologies discriminatoires se fondent toutes sur des caractéristiques qui sont propres à la personnalité intime (ce qu’on appelle la “sphère intangible"). Dans l’Ancien Régime, c’était le lignage, une distincte de “race” censée définir les êtres supérieurs dignes de diriger les autres (les aristocrates, au sens étymologique). Les individus appartenant au peuple (le vulgaire) étaient donc frappés d’un péché originel qui les rendait indignes d’accéder aux fonctions. Le national-populisme n’est au fond qu’une version à peine altérée de cette idéologie de casste.

En effet, à entendre les apôtres de la “francitude", ne pas être Français, être né en dehors de France (voire de parents non-Français), est un péché de naissance, qu’il faut racheter au prix de cérémonies purificatrices. Les examens de conformité font plutôt penser à des rituels expiatoires destinés à laver l’impureté de la naissance.

Il en va de même des populistes suisses. Leur haine de l’Islam n’a pas de fond religieux, mais elle vient qu’ils considèrent comme impure , et donc menaçante, une religion qui n’est pas née en Suisse.

Cette violation des principes démocratiques qui fondent nos républiques est choquante. Ces idées pestilentielles, ce “déni d’humanité” sont l’indice d’une maladie politique: car dès qu’un pays fonde son régime sur autre chose qu’une égalité d’intégration, qui renonce à toute normativité, pour ne considérer l’individu que comme un citoyen, il s’appauvrit.

Les pays qui réussissent sont ceux qui acceptent les apports étrangers comme bénéfiques et qui accordent à chaque individu une présomption de dignité.

  Mercredi 23 Février 11 09:18:05, par admin   , 277 mots, Catégories: English ,

Aucun commentaire pour le moment