« Le paradigmatisme (3): une vision pré-galiléenneLe paradigmatisme (1): mon approche au sujet »

Le paradigmatisme (2): définition du paradigme

Comme tout bon chercheur, Samuel P. Huntington dans le Choc des civilisations commence par illustrer sa méthode de description du monde, qui est fondée sur l'usage des paradigmes. Vu que, depuis que tout jeune j'eus mon premier contact avec la Science et l'hypothèse de Poincaré au cours de philo, je suis passionné par la démarche scientifique et la philosophie des sciences en général, je me suis arrêté sur le sujet: dans une certaine école de pensée américaine, le paradigme est au coeur de la vision du monde.

Qu'est-ce qu'un paradigme? Le mot est fréquemment utilisé dans la langue anglaise et les grammairiens en condamnent son usage parfois abusif. Il vient du grec "para" (à côté) et "deiknunai" (montrer). C'est littéralement ce que vous montrer à côté de quelque chose pour le comparer, en philosophie: "un exemple d'un type qui est utilisé comme modèle pour le type tout entier."

Pour prendre un exemple, supposons que je m'occupe des chats communs (felis domesticus) et que je connaisse un chat qui s'appelle Pierrot. J'ai eu l'occasion de l'observer, de connaître son comportement. Désormais j'estime que je connais mieux les chats et que je peux prédire leur comportement: j'imagine ce que Felix va faire face à une assiette de viande ou une souris et je peux imaginer ce qu'un autre chat va faire dans des circonstances semblables. Pierrot est donc pour moi un paradigme.

Comme on le voit, un paradigme est un cas particulier érigé en cas général. Il faut reconnaître que comme façon d'aborder un problème qu'il a une certaine validité et que chacun l'utilise spontanément. Celui qui a eu un chat à la maison saura mieux aborder un autre chat que quelqu'un qui n'en a jamais vu de près: "avec mon chat je faisais ainsi"; "je me souviens que mon chat, dans cette situation...", etc.

En réalité, nous connaissons plusieurs chats. Certains ont une couleur ou un comportement qui n'est pas représentatif. Supposons que Pierrot est aujourd'hui un peu âgé et qu'il a trouvé un truc pour faire tomber ma lampe de chevet qui lui est propre (il a l'air de trouver ça follement amusant). D'autre part, il a une tâche blanche sur le museau qui lui donne une mine particulière. Je connais dix autres chats, chacun avec ses propres caractéristiques. Cependant, parmi tous ceux-là, il y en a un, Félix, qui appartient à ma voisine et qui a en lui des caractéristiques communes à la plupart des autres chats que je connais: il a une robe ordinaire, il a deux ans, il mange des souris, etc. C'est LE chat parmi les chats, je retrouve Pierrot en lui, mais aussi les autres chats que je connais: c'est mon paradigme, mon "chat moyen".

La cathédrale de Chartres est considérée comme un paradigme de l'art gothique, Catherine Deneuve a été considérée un temps le paradigme de la belle femme française, le MacDonald's un paradigme du fast food américain. En grammaire, "aimer" est un paradigme des verbes du premier groupe. On pourrait dire que connaître le paradigme, c'est connaître un peu tous ses congénaires.

Enfin, pour certaines écoles, courants artistiques, etc., le paradigme est un schéma général de pensée, une façon de concevoir les choses, éventuellement une façon de faire, en somme un modèle (qui n'existe peut-être pas dans la réalité, mais qu'on conçoit comme réel) de ce qui est correct. Selon le Trésor de la langue française, c'est une conception théorique dominante ayant cours à une certaine époque dans une communauté scientifique donnée, qui fonde les types d'explication envisageables, et les types de faits à découvrir dans une science donnée.

Dans ce sens, le terme paraît plus confus, mais peut être rendu compréhensible. Par exemple, on pourrait dire que le "paradigme mécaniste" voulait dire que toute la vision du monde d'un philosophe était fondée sur le fait que tous les évènements futurs sont prévisibles si on connaît suffisemment le présent. On pourrait dire que le paradigme utilisé ici serait un groupe de planètes dont vous connaissez toutes les positions, les vitesses et les accélérations initiales et dont vous pouvez donc, en vertu des équations de Newton calculer le futur dans un mois, un an, dix ans ou même mille.

Si on parle de "paradigme démocratique", on s'imagine une "société idéale", une sorte de France rendue parfaite pour les uns, ou les Etats-Unis des pères fondateurs pour les autres, ou une Suisse schématique pour d'autres encore.

A partir quoi le sens du mot devient de plus en plus flou (et peut-être de plus en plus mal utilisé) jusqu'à, pour certains, désigner toute la vision du monde. Après quoi vous pouvez affirmer, comme un professeur canadien que "pour réaliser le potentiel émancipatoire de la modernité, il importerait de procéder à un changement de paradigme philosophique afin de surmonter les insuffisances de la philosophie du sujet dans le cadre de laquelle demeuraient les philosophes modernes comme leurs critiques post-modernes." (si vous pouvez m'aider à comprendre cette phrase, écrivez-moi).

Pour ce qui est de l'économie de l'âge de l'Internet, mon pipotron favori (en anglais bullshit generator, littéralement générateur de bla-bla, machine à mélanger les phrases pour générer des non-sens), m'avait un jour sorti cette perle (en anglais): reengineering the e-business paradigm ou la réingéniérisation du paradigme du commerce électronique. Cette phrase a pourtant été utilisée, à peu de choses près, par la très sérieuse IBM.

  Vendredi 03 Novembre 06 22:21:08, par admin   , 887 mots, Catégories: Culture et savoirs ,

Aucun commentaire pour le moment