« Démocratie (3): La participation des citoyensDémocratie : (1) Combien de républiques sont démocratiques? »

Démocratie (2) : Représenter et agir

Mais au fond, la question de la démocratie n’est pas tant qui gouverne et comment ces personnes sont choisies (ce qui détermine si nous sommes en république ou non) mais si un citoyen peut faire entendre sa voix. Je suis souvent songeur en voyant les hauts policiens français déclencher des vagues de protestations monstres dont le thème récurrent est toujours le même: le gouvernement a lancé cette initiative sans nous consulter.

Au contraire, la Suisse fait sourire avec ses procédures de consultations lancées par les autorités, auxquelles chaque citoyen peut répondre. Il n’empêche que c’est bien cette précaution qui évite les désordres. Car à celui qui crie fort, on demandera d’abord s’il avait donné son avis quand on le lui avait requis.

Assurément, ces procédures administrative peuvent avoir un relent d’hypocrisie, comme dans les procédures de consultations communales en France, que le maire peut en pratique souvent ignorer sans risquer grand-chose. La raison est que la consultation est un concept profondément antithétique du système français, et c’est là toute la faiblesse de la Cinquième République – et ce qui pourrait causer finalement sa chute.

Car c’est une erreur politique: s’il y a quelque chose que les citoyens abhorrent plus que tout, est de dire quelque chose et de n’avoir personne qui les écoute et qui leur réponde. Rien ne déclenche plus de colère et d’indignation qu’un message de citoyens resté sans réponse. Ce n’est hélas pas quelques initiatives opportunes qui changeront les choses, mais une réforme des mentalités des politiciens et de la population en général, afin qu’un citoyen ne pense plus à ses représentants en tant que eux (une entité autre, contre laquelle ils sont perpétuellement en guerre déclarée), mais comme nous (des gens qui nous représentent).

Représenter, en fin de compte, ne se mesure pas au suffrage ni encore moins à la naissance, la richesse ou l’éducation : cela veut dire se mettre dans la peau de l’autre et défendre ses intérêts. Représenter est une action, non pas un état.

Or beaucoup d’élus, encouragés par leurs représentants en relations publiques, finissent même par croire que cet être représentant peut être même être remplacé par un paraître. Alors on en arrive aux déclarations de circonstances, aux mots d’ordre donnés aux ministres pour les conférences de presse, etc. Tout devient faux-semblant. Malheureusement tout l’exercice finit par effectivement sonner faux et être tourné en dérision dans les émissions humoristiques.

En réalité le verbe représenter, selon l’Académie Française, signifie

Tenir la place d’une ou de plusieurs personnes, en vertu du droit qu’on a reçu d’elles. Il se dit particulièrement des Délégués à certaines assemblées délibérantes, des envoyés d’un souverain et de quelques hauts fonctionnaires.

Mais comment peut-on tenir la place des citoyens, c’est-à-dire prendre des décisions, définir des politiques, si ces mêmes citoyens n’ont jamais accès, directement ou indirectement au chef de l’État? Comment un maire peut-il représenter ses citoyens, s’il n’écoute pas leur avis en définissant ses plans d’urbanisme?

Malheureusement, il existe un idéal de l’homme politique au-dessus de ses concitoyens et des lois, à la fois grâce au pouvoir qu’il exerce et les avantages sociaux et financiers qu’il en retire. Mais un être ainsi coupé des citoyens de représente plus. Il viole la définition de son propre mandat.

On peut faire faire un progrès démocratique à la politique en exigeant que les élus remplissent leur part du contrat en représentant activement leurs électeurs. Tout en sachant qu’il y aura les amateurs de relations publiques qui considéreront que la chose doit être simulée mais non pratiquée. Mais, pour paraphraser un Évangéliste, c’est aux fruits qu’on reconnaît l’arbre et si le résultat se fait attendre, on pourra leur en faire reproche.

  Vendredi 18 Janvier 08 01:04:23, par admin   , 692 mots, Catégories: Démocratie ,

Aucun commentaire pour le moment